Lionel Martin & Mario Stantchev – Jazz before Jazz

Nul doute que le caractère aventurier de Louis Moreau Gottschalk a séduit Mario Stantchev et Lionel Martin, mais plus encore c’est le caractère métissée de sa musique qui les a conduit à se réunir autour de sa musique.

Sans doute serait-il abusif de considérer, Louis Moreau Gottschalk, né à La Nouvelle-Orléans en 1829, comme un des (grands-) pères du jazz ; la tentation est forte cependant de voir en lui le « chaînon manquant » reliant la musique savante occidentale et ce qui deviendra le jazz quelques décennies après sa mort.
Gottschalk n’est pas seulement ce pianiste prodigieux, formé à Paris dans la plus pure tradition romantique, c’est aussi le premier compositeur qui ait intégré, à la technique musicale européenne, les rythmes, les harmonies et les mélodies de toute la partie sud des États-Unis : le son des esclaves, la musique créole et caribéenne, ibérique et latino-américaine.

Partant des mélodies pour piano de Gottschalk, le pianiste Mario Stantchev et le saxophoniste Lionel Martin y apportent leur expérience du jazz, de la musique classique, des musiques traditionnelles bulgares et africaines, du rock….

 

Cette relecture de l’œuvre de Gottschalk frappe fort et vise juste. Ces douze compositions sont d’une modernité saisissante, à la croisée des chemins de ce grand passeur d’émotions. Nous assistons ici à l’effervescence intemporelle d’une musique qui ne s’appelait pas encore jazz, qui était déjà « du jazz avant le jazz » comme l’indique parfaitement le titre de cet album précieux. 

Florent Mazzoleni

 Stantchev et Lionel Martin ont pris le beau parti de choisir Gottschalk pour s’évader dans les lointains ; et décidément, le génie propre du jazz, c’est bien de réinventer chaque fois la musique. 

Xavier Prévost

Paradoxe délicat d’un retour vers le futur où le jazz éclaire le romantisme salué par Chopin, Liszt, Berlioz, Victor Hugo ou Théophile Gautier. La réussite tient probablement autant au son droit et classique de Martin qu’à Stantchev qui n’abuse pas de traits jazz trop marqués, mais revisite pourtant discrètement l’histoire du jazz en allant piocher dans ce répertoire d’avant son invention. 

Jean Jacques Birgé Mediapart

Acheter Jazz before Jazz